Energies renouvelables

L’état de São Paulo est une référence mondiale en matière d’énergies renouvelables. La part de ces sources d’énergie dans le mix énergétique de São Paulo était déjà de 52% en 2011, notamment grâce à la production de canne à sucre et à l’électricité hydraulique. L’état est ainsi le plus grand producteur d’éthanol de canne à sucre du monde. Le but du Gouvernement est d’augmenter – jusqu’en 2020 et sur la base de l’année 2010 - la part des énergies renouvelables dans l’offre interne d’énergie dans l’état et de la porter à 69%. Cet objectif s’étend aux énergies hydrauliques, solaires, éoliennes et à celles issues des résidus, de la biomasse, du biogaz, du biodiésel et de l’éthanol.

La quasi totalité de la flotte des véhicules de la ville de São Paulo – sept millions d’automobiles - est capable de rouler à l’éthanol. La recherche pauliste sur l’éthanol de deuxième génération est une des plus avancées au monde. Réduite auparavant à quelques expériences isolées d’entreprises et de groupes de recherches, la recherche de nouvelles techniques pour produire l’éthanol a mobilisé un nombre croissant de chercheurs, stimulés par des politiques de recherche visant l’élévation de la productivité de l’éthanol produit à partir de la canne à sucre brésilienne.

En ce qui concerne l’électricité, São Paulo est le plus grand marché consommateur du pays et représente environ 30% de la demande brésilienne totale. Le territoire pauliste concentre 72 centrales hydro-électriques de taille moyenne ou grande, ainsi que 57 petites centrales hydrauliques, auxquelles s’ajoutent 377 petites centrales thermoélectriques (dont 190 travaillent avec la biomasse du roseau de canne à sucre, avec une capacité totale installée supérieure à 21.000 MW (mégawatts)).

Plus d'informations:
Secrétariat de l'Environnement (lien en portugais)
São Paulo, un modèle dans la production d’éthanol (publication en portugais)